Retour à la page d'ouverture

 

B R È V E S


 


 

Le "Street Art"

dans les rues de Romans.

 

 

Mercredi 13 septembre, en partenariat avec la médiathèque Simone de Beauvoir, l’association « Sauvegarde du patrimoine romanais-péageois » proposait, à la mmédiathèque, une conférence-débat autour des graffitis, dans le cadre des journées européennes du patrimoine dont le thème est « La Jeunesse et le Patrimoine ».
Un peu plus de 60 participants de 7 à 77 ans et plus étaient présents, montrant ainsi tout l’intérêt de ce « Street Art » dans les villes.

 


 

Que ce soit à Bordeaux, Marseille, Grenoble, Lyon, Saint Etienne, Valence… ou à Berlin, Milan, Pékin, Bruxelles, Mexico…cet « Art de la rue » a pris sa place comme forme d’art contemporain. Notre société s’est appropriée ces graffitis qui étaient décriés, certains sont devenus œuvres d’art.
Accompagné par le collectif « Sorry Graffiti », Vincent, Julien, Antoine et les autres…ont répondu aux nombreuses questions du public.

 



Il y a eu des échanges sur la pertinence de mettre en avant cette expression urbaine affichée souvent comme un art « vandale », sur l’incompréhension de ces œuvres avec parfois du rejet ou de l’intégrer comme faisant partie du Patrimoine…Celui-ci étant pour nous l’héritage qui est transmis aux générations suivantes.

 « …Nous pensons que graffitis ou graffeurs sont des créations ou des créateurs porteurs d’une culture populaire. Dans les années 90, la presse française a commencé à s’intéresser aux graffitis en publiant des planches photographiques. Le graffiti, qui était un art éphémère à l’épreuve du temps est alors devenu un patrimoine recueilli et sauvegardé … ».

 

 

 

 

 «…L’art de la rue est donc libre, il n’y a pas de ligne de conduite, pas d’unité si ce n’est celle de la rue. Les murs se mêlent de techniques les plus variées… Le graffiti reste et continue de prospérer. Cependant le « Street Art » n’a pas le même but…il transforme les rues de la ville en de véritables musées à ciel ouvert, accessible et gratuit à tous… ».

 

 

C’est ainsi qu’avec le tableau « La Liberté guidant le peuple » du célèbre graffeur JonOne, la rue s'invite au Palais-Bourbon.

 

 

«…la rue avec ses techniques, ses moyens d'expression, la rue avec sa beauté. Dans la rue, on veut dire des choses que l'art, ailleurs, ne dit pas encore…». Claude Bartolone lors de l’inauguration à l’Assemblée Nationale.

« …Samedi 16 septembre nous étions 7 artistes du Collectif Sorry Graffiti à réaliser des performances de live painting à Romans à l'occasion des Journées du Patrimoine 2017 :
- sur les stores de Motostop Moto de Location au 2 rue des Degrés
- sur cellophane devant la galerie Fanal.
Merci à l’association de Sauvegarde du Patrimoine romanais péageois, Jean Pierre Devoize, David Robert et Pascal Sestier de Motostop » écrit Julien Becaud, un des 7 artistes du collectif, sur son facebook.

 

 

 

 

 

L'association Sauvegarde du patrimoine romanais-péageois remercie la ville de Romans pour son soutien, Monsieur Sestier pour avoir mis à la disposition les portes de son garage, l’entrepôt du bricolage pour son importante participation financière, le collectif des artistes « Sorry Graffiti », la médiathèque Simone de Beauvoir pour son accueil toujours aussi chaleureux et le public qui nous soutient dans nos actions.

 

Nous rappelons que l’exposition sur les tags et graffitis est ouverte au public jusqu’au 29 septembre à la médiathèque Simone de Beauvoir.

 

 

« Sauvegarde du patrimoine romanais-péageois »
1, rue des Clercs 26100 Romans-sur-Isère.
Tél : 06 52 89 79 61Courriel : contact@romans-patrimoine.com

 

 

Haut de la page